Restez un consommateur averti et profitez de nos avantages abonnés
Pourquoi pas
Non merci
Panier
x
Le panier est vide

Surf à bon compte

ROAMING Plusieurs nouveautés limiteront les frais de téléphonie mobile à l’étranger à partir du 1er juillet. Mais l’idéal pour faire des économies reste d’acheter une carte SIM sur place.

Dans l’Europe des télécommunications, la Suisse est une île. Alors que les habitants des 27 pays de l’UE paient, depuis plus de trois ans, un tarif unique où qu’ils se trouvent dans ce périmètre, des frais de roaming sont facturés dès qu’on sort des frontières de la Confédération.

Ces taxes pèsent lourd dans le budget des voyageurs. Pour ne rien arranger, les opérateurs ont eu recours, pendant longtemps, à des astuces de facturation qui augmentaient encore la note. Certaines d’entre elles n'auront, heureusement, plus cours à partir du 1er juillet 2021.

Limite des coûts

Pour se connecter aux réseaux étrangers, il faut désormais fixer une limite aux frais d’itinérance. Si on ne le fait pas, on ne pourra passer aucun appel ni télécharger des données. Les opérateurs nationaux ont prévu à cet effet des sites internet spéciaux (cockpit.swisscom.ch, cockpit.sunrise.ch ou costcontrol.salt.ch/status). Comme il n’y a pas de petit profit, Swisscom n’activera cette mesure qu’à partir de l’automne pour les cartes à prépaiement.

Forfaits prépayés

Les opérateurs vendent des paquets de données ou des minutes de conversation valables à l’étranger. Cette solution est très pratique pour réserver une table ou une entrée de musée, mais ces forfaits, souvent très chers, étaient échus après un mois. On pourra, à l’avenir, en profiter une année entière. Certains opérateurs, dont Swisscom, ont toutefois retiré les offres les plus avantageuses de leur assortiment.

Facturation à la seconde

Les conversations téléphoniques à l’étranger étaient, jusqu’à maintenant, facturées à la minute. Pour un appel de 2 minutes et 1 seconde passé depuis la France vers la Suisse, Salt facturait ainsi 6.60 fr. pour 3 minutes au lieu de 4.40 fr. pour deux minutes. L’opérateur arrondissait toujours la note en sa faveur, comme l’a confirmé l’Office fédéral de la communication: «Pour les appels sortants au sein de l’UE, les sociétés de télécommunications ont encaissé 23% de minutes de plus que celles qui ont effectivement été utilisées.» Depuis le 1er juillet, la facture est établie à la seconde près et celle qui concerne les données reste basée sur le kilobyte.

Avions et navires

Avec des prix pouvant atteindre 6 fr. la minute, les taxes d’itinérance sur les croisières et les vols battaient tous les records. La connexion à bord passait en effet par les satellites, ce qui obligeait les passagers à payer même s’ils recevaient des appels. Les liaisons par l’espace sont désormais bloquées à bord pour les smartphones, et on ne pourra communiquer avec l’extérieur que par le biais du réseau wifi.

Christian Birmele / chr