Restez un consommateur averti et profitez de nos avantages abonnés
Pourquoi pas
Non merci
Panier
x
Le panier est vide

L’industrie musicale vide les poches des Suisses

Concerts En Suisse, les amateurs de musique dépensent jusqu’à 77% de plus pour leurs billets de concert qu’à l’étranger. Bon à Savoir a mené l’enquête. Les affaires s’avèrent très rentables pour les sociétés qui organisent ces grands événements.

Voilà soixante ans que les Rolling Stones sont en tournée. En 1967, le groupe anglais composé du célèbre chanteur Mick Jagger et du mythique guitariste Keith Richards est monté sur la scène du Hallenstadion, à Zurich. A cette époque, le billet d’entrée coûtait 20 fr., soit environ 65 fr. aujourd’hui.

Or, pour le concert prévu ce 17 juin au Stade de Suisse à Berne, le ticket le moins cher – place debout – pour les Stones coûte... 169.90 fr.

Dans les pays voisins, les fans de Mick Jagger déboursent nettement moins pour des places similaires: 115.50 fr. pour une place debout au Stade Olympique de Munich, 120.75 fr. au Stade de San Siro, à Milan. Pour une même prestation, la surtaxe en Suisse s’élève à environ 50 fr., soit 40 à 47% de plus. D’autres exemples, pour des concerts, attendus ces prochains mois, le démontrent:

  • Elton John (juin): Pousser la chansonnette avec Sir Elton John coûtera 138.20 fr. à Berne, 70.75 fr. à Frankfort et... 41 fr. à Milan.
  • Ed Sheeran (septembre): Pour assister à la performance musicale et scénique du chanteur anglais, il faudra débourser 141.90 fr. pour une place assise. En comparaison, le prix varie entre 80.15 fr. et 103.25 fr. à Munich. Soit un surplus de 37 à 77% pour la Suisse.
  • The Cure (octobre): Découvrir le groupe gothique sur scène requiert également un effort financier en Suisse: 81.90 fr. pour la place la meilleur marché à l’Arena de Genève, contre 52.20 fr. à Munich, 66.30 fr. à Milan et 65 fr. à Lyon.

La société Gadget abc Entertainment Group, qui organise le concert des Rolling Stones en Suisse, est une filiale du consortium allemand CTS Eventim. Ce groupe est le plus important vendeur de billets de concerts dans toute l’Europe. Cette société a dégagé un bénéfice de près de 90 millions de fr. en 2021. En 2019, avant la pandémie de coronavirus, ce chiffre se montait à 140 millions de fr.

CTS Eventim détient également la moitié de la société Ticketcorner SA, active dans la vente de billets de concerts et d’événements. La seconde moitié appartient au groupe de presse Ringier.

Près de 700 fr. pour un billet

Le cas du concert des Rolling Stones à Berne montre qu’une partie des amateurs de musique sont clairement exclus de l’événement: l’achat d’une place debout à la caisse du soir du Stade de Suisse coûte 480 fr. Dépenser 779 fr. offre l’accès avant tout le monde aux premiers rangs. A cela s’ajoute encore un «exclusive Stones-VIP-Merchandising Pack».

Seconde astuce: les prix «dynamiques» qui fluctuent en fonction de l’offre et de la demande – comme pour les voyages en avion. Des coffrets «Platin Tickets» sont également disponibles pour ce spectacle des Stones. Une place assise – sans aucune prestation supplémentaire –
coûtait entre 609 et 683 fr. au mois de mai.

La société Gadget abc explique la différence de prix entre Berne et Munich par le fait que les places debout trouvent plus loin de la scène, derrière les places assises. De plus, les frais de production et de personnel sont plus élevés en Suisse.

La société Allblues Konzert, organisatrice du concert de Ed Sheeran, justifie pour sa part la différence de prix avec Munich par la taille réduite du Stade de Suisse, ainsi que par des dépenses supérieures en Suisse pour le matériel de location et le personnel.

Note salée pour les Suisses

Une chose est certaine: la Suisse est source d’immenses bénéfices pour l’industrie musicale. Berthold Seliger, agent, organisateur d’événements et auteur de plusieurs livres sur ce secteur d’activité, explique que «tous les agents en Europe savent qu’ils obtiennent les commissions les plus importantes en Suisse et en Norvège». Les Pays-Bas et l’Autriche proposent les prix les plus attractifs pour le public. La conclusion de Seliger: «Les sociétés organisatrices de concerts exigent toujours les prix les plus élevés possibles».

1 million par jour de festival

Comment les prix d’entrée aux festivals romands sont-ils fixés? Michael Drieberg, directeur de Live Music Production et organisateur du festival Sion sous les Etoiles, évalue les charges à «environ 1 million de fr. par journée de festival». Il précise que le personnel est payé: «Je ne recrute pas de bénévoles pour assurer le bon déroulement de cet événement.» La jauge de Sion sous les étoiles? «15 000 personnes, dont 500 assises en gradins.» Sur Ticketcorner, les places adultes en gradins avoisinent les 146.90 fr. Les 14 500 autres billets sont vendus à 96.90 fr. pour les adultes et 46.90 fr. pour les enfants.

Un loisir de luxe?

Une sortie en famille, deux adultes et deux enfants se monte à 286.40 fr. Voire à 487.90 fr. avec le confort des gradins. S’ajouteront les coûts du trajet, de l’une ou l’autre boisson, voire d’un repas, et d’un éventuel achat de souvenir. Un luxe? Plutôt le prix d’une «expérience unique», selon Michael Drieberg: «Il faut plutôt considérer cela comme l’occasion de cumuler une soirée musicale en famille avec un mini-séjour en Valais.»

Pour lui, les disparités entre la Suisse et les pays voisins s’expliquent par les salaires, les frais de transports, les locations, les infrastructures. Le fameux îlot de cherté helvétique.

Jusqu’à quel montant ces prix peuvent-ils grimper et trouver leur public malgré tout? «Pour la plupart des concerts ou spectacles, nous fixons une limite de prix afin d’être sûr qu’il y aura du monde. Pour d’autres, 20 ou 30 fr. de plus ne changeront rien. Le public sera au rendez-vous.» Exemple: le dernier concert de Metallica à l’Arena de Genève en 2018. Avec des billets vendus dès 130 fr. «Pour l’unique date de ce groupe mythique en Suisse, le public est venu de loin», se félicite Michael Drieberg.

Markus Fehlmann / Rui Pedro Nevado