Restez un consommateur averti et profitez de nos avantages abonnés
Pourquoi pas
Non merci
Panier
x
Le panier est vide

Top secrète, l’origine des produits pour gourmets

TRAÇABILITÉ Les aliments Fine Food et Sélection chez Coop et Migros cachent bien leur jeu: les informations utiles sur leur provenance disparaissent dans des envolées poétiques. Aldi et Lidl sont plus transparents.

Les distributeurs savent se montrer très créatifs pour parler des aliments haut de gamme. Le miel de nectar de fleurs d’oranger Sélection vendu chez Migros est ainsi récolté au printemps, «lorsqu’un doux parfum dans l’air titille les sens». «Elaboré dans le respect de l’apiculture traditionnelle, il évoque le soleil radieux du Sud.» Coop n’est pas en reste: le caillé de sa Burrata de Fine Food a été «travaillé à la main très rapidement, d’un geste vif et sûr».

Motus et bouche cousue

On ne saura rien, en revanche, sur les entreprises qui ont récolté le miel et trait les bufflonnes. Les autres produits ne font pas mieux: nous avons cherché, souvent en vain, des indications de provenance pour une cinquantaine d’aliments haut de gamme chez les deux géants orange.

Migros ne donne jamais d’indication sur le fabricant, même quand elle fait la promotion de produits concoctés selon des «traditions séculaires» avec un «savoir-faire élaboré». Seul le Culatello di Parma dei Fratelli Beretta annonce clairement la couleur. Le distributeur évoque les termes des contrats qui la lient aux fabricants pour justifier l’absence de toute déclaration.

Coop fait un peu mieux avec huit déclarations d’origine sur la cinquantaine de produits Fine Food retenus. On apprend ainsi que le traditionnel pain de poires grison à l’épeautre est fabriqué par la Boulangerie Giacometti à Lavin. Sur trois autres emballages, il faut lire le verso de l’étiquette pour découvrir le nom du producteur, une précision que Coop réserve exclusivement aux produits bio suisses. La chaîne Spar est à peine plus loquace: seuls trois produits sur treize permettent d’identifier un fabricant.

Aldi et Lidl plus bavards

Les hard discounters sont nettement plus loquaces. Chez Aldi, la provenance exacte de 39 emballages «Gourmet» sur 60 est mentionnée en toutes lettres. Le détaillant se contente toutefois souvent d’écrire «fabriqué pour...», une indication qui ne permet de remonter qu’à l’intermédiaire auprès duquel Aldi s’est approvisionné, mais pas du producteur.

Lidl remporte la médaille de la transparence dans le haut de gamme: 39 étiquettes sur 41 précisent le nom et l’adresse du fabricant. C’est le cas pour la spécialité italienne Burrata, produite par la Laiterie Capurso Azienda près de Bari et vendue 2.99 fr. pour 200 g., soit 1.50 fr. aux 100 g.

On cherchera en vain cette information pour les Burrate vendue chez Coop, Migros et Spar. Tous les trois se fournissent auprès de la société Delizia à Noci, comme le révèle le code d’exploitation qui doit obligatoirement figurer sur les produits d’origine animale (lire encadré). Cette spécialité coûte 3.28 fr. aux 100 g chez Spar, 3.17 fr. chez Coop et 3 fr. chez Migros.

Lidl donne aussi toutes les précisions utiles sur sa Crème brûlée Deluxe, achetée auprès de la Fabrique Tradifrais à Biars-sur-Cère. L’entreprise fournit également la marque Bonne Maman pour Coop. A en croire la liste des ingrédients, la composition du dessert ne varie guère selon les recettes: 38% de crème (demi-crème chez Lidl), lait maigre, sucre, jaune d’œuf, 7% d’œufs, un peu de vanille et 4% d’éclats de caramel. Le prix, en revanche, varie beaucoup. Il faut débourser 3.95 fr. pour deux pots de 100 g chez Coop contre 2.19 fr. chez Lidl.

Quant au fameux miel de nectar de fleurs d’oranger qui transforment au printemps la Sicile en une «mer de fleurs blanches», une lecture attentive de l’étiquette révèle qu’il est récolté… en Europe. Migros promet de corriger l’imprécision, mais ne dévoilera pas pour autant le nom des producteurs: cette requête est impossible à satisfaire en raison des «incertitudes actuelles en matière d’approvisionnement».

Roger Müller / chr